En marge, avec Isabelle Arsenault

La série En Marge paraîtra périodiquement dans notre blogue. Cette semaine, nous découvrons quoi de neuf avec l’illustratrice Isabelle Arsenault, lauréate de 2 Prix du magazine canadien et de 2 Prix littéraires du Gouverneur général.

FNPMC: Nous vous félicitons de gagner récemment votre deuxième Prix littéraire du Gouverneur général (illustrations, jeunesse, français). Votre livre, Jane, le renard et moi, écrit par Fanny Britt, raconte l’histoire d’Hélène, une jeune fille qui fait l’objet d’intimidation par ses condisciples, se sent inférieure et dont le seul plaisir est de lire Jane Eyre. En quoi cette histoire a-t-elle une résonance chez vous, et comment avez-vous créé l’image d’Hélène?

Isabelle : Le personnage d’Hélène est une jeune fille discrète qui se retrouve sans amies à un âge où l’appartenance à un groupe prend de l’importance.  Sans avoir été moi-même victime d’intimidation, je me suis inspirée de souvenirs de ma propre jeunesse, de scènes dont j’ai été témoin et d’impressions que ces souvenirs m’ont laissé.

J’ai décidé de représenter Hélène comme étant une fille sans style particulier, plutôt neutre et effacée à laquelle le lecteur puisse facilement s’identifier.

FNPMC : Plus tôt l’année 2013, vous avez remporté un Prix du magazine canadien, votre deuxième, pour une série d’illustrations dans Québec Science, dans le cadre d’un article intitulé « Organes recherchés ». Quel processus créatif utilisez-vous lorsque vous illustrez un article de magazine? Puisez-vous votre inspiration exclusivement du texte, ou d’autres sources? 

"Organes recherchés," illustration par Isabelle Arsenault, Québec Science
“Organes recherchés,” illustration par Isabelle Arsenault, Québec Science
Isabelle Arsenault (photo: Martine Boisvert)
Isabelle Arsenault (photo: Martine Boisvert)

Isabelle : Je puise mon inspiration dans une variété de sources; livres, magazines, internet, nature, etc.  J’aime bien lire le texte à illustrer plusieurs fois afin de bien m’en imprégner, pour ensuite faire quelque chose de complètement différent comme prendre une marche, faire du ménage, une sieste, du yoga.

Ça m’aide à m’aérer l’esprit et à laisser entrer les idées.

FNPMC : De quelle façon le fait de remporter un Prix du magazine canadien, ou un Prix du Gouverneur général, comme vous l’avez fait l’année dernière pour Virginia Wolf, a-t-il contribué à l’avancement de votre carrière en illustration, ou a-t-il été une source d’inspiration pour cette carrière?

Isabelle : Les prix sont une forme de reconnaissance qu’il est toujours apprécié de recevoir.  Pour ma part, je travaille de façon plutôt solitaire et ce, particulièrement lorsque je planche sur un projet de livre.  Recevoir ce genre d’honneurs me donne l’impression d’aller dans la bonne direction et m’encourage à continuer, à me dépasser, en plus d’être une belle carte de visite.

"Une brebis egaree moi?" Finaliste pour un Prix du magazine canadien, 2009
“Une brebis égarée moi?” (L’actualité) Illustration par Isabelle Arsenault – finaliste pour un Prix du magazine canadien, 2009

Isabelle Arsenault est une illustratrice canadienne lauréate dont le travail a été publié dans Québec Science, L’actualité, Explore et d’autres magazines, ainsi que dans 10 livres. Son livre le plus récent est Once Upon a Northern Night, une méditation poétique sur l’hiver. Découvrir plus au isabellearsenault.com.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s